Lifestyle

20 expressions québécoises à apprendre à ton pote Français

Par NIGHTLIFE.CA - March 06, 2019
Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

C’est bien connu: à Montréal, il y a énormément de gens provenant de la France, surtout sur le Plateau! Bien souvent, nos amis les Français sont surpris d’apprendre qu’au Québec, on emploie plusieurs expressions qui n’existent pas chez eux, et c’est vraiment comique.

Voici une liste de 20 expressions québécoises à apprendre à ton pote français qui est nouveau à Montréal, question qu’il s’habitue!

« Fait frette!!! »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

S’il y a une chose que les Québécois disent vraiment souvent, c’est ça. L’hiver, il fait hyper froid à Montréal, ce qui nous amène à pousser un: « ost* qu’il fait frette!!! » une fois de temps en temps.

« C’est de valeur »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

L’expression «c’est de valeur» signifie « c’est dommage », en québécois. On l’emploie quand quelque chose nous déçoit, généralement.

« C’est correct »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

« C’est correct », ça signifie « ça va », en québécois. Si, par exemple, quelqu’un s’excuse à nous pour avoir fait quelque chose de mal, tu peux répondre « pas de panique, c’est correct! »

« T’as la fly ouverte»

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Quand un Québécois te dit que « t’as la fly ouverte », ça signifie que ton zipper de pantalon est ouvert. D’autres vont dire « t’as la fly à l’air », sinon.

« J’en ai plein mon casque »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Cette expression est employée par les Québécois quand ils ne sont plus capables d’endurer quelque chose. Ils vont généralement pousser un «j’en ai plein mon casque!» lorsqu’ils sont tannés par rapport à quelque chose.

« J’ai mon voyage »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Quand un Québécois dit «j’ai mon voyage!», c’est qu’il est renversé d’apprendre quelque chose. La personne qui l’emploie est en fait très surprise par rapport à ce que tu lui racontes.

 

« C’est poche »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

« C’est poche », ça signifie que c’est dommage, en Québécois. En fait, c’est comme un synonyme de « c’est de valeur »!

« Brailler »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

En Québécois, « brailler », ça signifie pleurer. On l’emploie généralement quand on a pleuré longtemps et intensément.

« De l’eau dans cave »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Quand on dit de quelqu’un qu’il a « de l’eau dans cave », ça veut dire que les pantalons de cette personne sont trop courts pour elle. On dit cela à quelqu’un dont on voit les chevilles.

« Calmer le pompon »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Ordonner à quelqu’un de se « calmer le pompon », c’est lui dire de se calmer, tout simplement. On le dit souvent à quelqu’un qui est trop énervé.

« Être sur la brosse»

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Être « sur la brosse », « virer une brosse » ou encore « brosser », ça fait référence au processus de se rendre saoul, lors d’une soirée de fête, généralement.

« C’est chien »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

« C’est chien », ça signifie que quelque chose n’est pas juste ou dommage. Si quelqu’un perd son emploi, tu peux lui dire: « oh non! C’est vraiment chien ».

 

« T'es pas laite »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Si un Québécois ou une Québécoise te dit que tu n’es « pas laite », généralement, ça signifie que tu es en fait très joli(e). C’est un beau compliment auquel tu peux répondre « merci »!

« Câline de bine »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

« Câline de bine », c’est le penchant de « calisse », un juron beaucoup plus vulgaire, en québécois. Ce qui est cool, c’est qu’il s’emploie dans à peu près toutes les situations. Si tu croises quelqu’un que tu n’as pas vu depuis longtemps, tu peux dire « ah ben caline de bine! ». Également, quand quelque chose t’énerve, tu peux dire « câline de bine! ».

« Ça va faire »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

En québécois, « ça va faire », ça signifie « c’est assez ». On emploie cette expression quand on souhaite que les gens se calment, généralement.

« Capoter »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

En québécois, « capoter » veut dire « paniquer », ou le fait d’être tout excité. On peut dire qu’on capote lorsqu’on perd ses clés, ou encore quand on s’achète des billets pour partir en voyage.

« Cogner des clous »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

« Cogne des clous » fait référence à lorsqu’on est fatigué et que notre tête ne tient plus sur nos épaules. Lorsque notre tête tombe par en avant, parce qu’on s’endort, on « cogne des clous ».

« Aweille »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Lorsque quelqu’un prend trop de temps pour effectuer quelque chose, les Québécois auront tendance à lui dire «aweille»! Ça, ça veut dire «va plus vite!», en bon québécois!

« Chauffer un char »

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Au Québec, énormément de Québécois vont dire qu’ils « chauffent un char » au lieu de « conduire une voiture ». On se sait trop expliquer pourquoi, mais c’est très commun comme expression!

Pantoute

Crédits: Crédits : Collage NIGHTLIFE.CA

Pantoute, ça signifie «pas du tout», en québécois. Par exemple, si tu demandes à un Québécois s’il a faim et que ce n’est pas le cas, il pourrait te répondre « pantoute! »